Pour un contrôle indépendant de la radioactivité de l’air sur le secteur LYON - BUGEY

Je demande la mise en service d’une balise de surveillance de l’air gérée en toute indépendance par le laboratoire de la CRIIRAD et garantissant mon information sur les retombées d’un accident nucléaire, qu’il se produise en France ou à l’étranger.

Cette balise complètera, au nord, le réseau de balises qui couvre déjà le Vaucluse, la Drôme, l’Ardèche et l’Isère et constituera une station de surveillance privilégiée pour les rejets radioactifs, autorisés ou accidentels, de la centrale nucléaire du Bugey.

Avril 1986 : le nuage de Tchernobyl survole la France …
L’accident nucléaire de Tchernobyl a affecté l’ensemble du territoire français. La population n’a pas été correctement informée de la contamination de l’air, des sols et des denrées alimentaires. Les groupes à risque, notamment les enfants, auraient pu être protégés si un système de contrôle indépendant et fiable avait existé.

Créée en mai 86 face à cette situation, la CRIIRAD est indépendante de l’État et des exploitants du nucléaire ; sa liberté de parole est donc totale. Elle s’est équipée d’un laboratoire permettant de réaliser des contrôles radiologiques indépendants, d’ informer la population et de contribuer à l’amélioration de sa radioprotection.

En 2011 : accidents et nouvelle catastrophe
Explosion d’un four de traitement de déchets radioactifs à Marcoule, rejets anormaux d’iode 131 d’une installation hongroise, explosions en cascade à la centrale de Fukushima Daiichi…
L’intérêt que portent les citoyens à une information indépendante rendant compte de la situation radiologique de leur territoire est sans cesse renforcé.

Le réseau de surveillance de la CRIIRAD
Grâce au soutien de plusieurs collectivités territoriales (*), le réseau de surveillance permet d’alerter au plus vite la population en cas de contamination nécessitant des mesures de protection rapides. Le laboratoire permet de conduire des investigations plus poussées pour identifier les radionucléides et qualifier les niveaux de risques.


L’ air de l’Ain et du Rhône délaissé !
La répartition des balises de surveillance (voir ci-dessus) a été établie en fonction des sites nucléaires et de la densité des populations. Dans ce maillage, une anomalie criante apparaît : alors qu’il abrite la plus importante communauté urbaine de la région, que la centrale du Bugey est située à proximité et qu’il est exposé aux rejets potentiels de toutes les installations de la vallée du Rhône, le secteur du Grand Lyon ne bénéficie d’aucun contrôle indépendant !

Le plus dur est fait, les collectivités doivent s’engager
La balise destinée au secteur a déjà été acquise grâce au financement conjoint de la CRIIRAD et de la Région Rhône-Alpes, qui est d’ailleurs prête à contribuer à son exploitation.
Avec des participations modestes des collectivités concernées (le Grand Lyon, les départements de l’Ain, du Rhône, etc.), la balise pourrait être mise en fonctionnement d’ici la fin de l’année 2014.

Signer

Diffusez auprès de votre entourage